Printemps – la sève et le sabre

General (Trad to Mod)Quel rebond d’énergie, c’était presque insoutenable. Une vague de désir montait joyeusement en canon à l’intérieur et à l’extérieur. La sève se faisait plus dense, plus lourde et pourtant elle parcourait son chemin ascendant tout au long de la colonne vertébrale. L’humain devenait une simple plante réveillée par le ciel bleu et le chant matinal des oiseaux. Le coeur se faisait poète, le corps marathonien, le mental limpide guidait le navire qui voulait voguer librement sous le ciel clément du mois de mai. Même enfermés dans 40 mètres carrés, les yeux s’ouvraient sur le printemps qui promettait tous les possibles et allait fendre l’air d’une acuité sans précédent.


Une réflexion sur “Printemps – la sève et le sabre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.